vous êtes ici : accueil > ACTU / INFO

ALERTE ROUGE : LE DG BRUNO PARENT CASSE LES REGLES DE GESTION LIEES AUX MUTATIONS !!!

Un Groupe de Travail (G.T) national sur les Mutations doit se tenir les 19 et 20 octobre prochain. A titre de documents préparatoires, 19 fiches ont été transmises aux OS vendredi dernier.

Mais pour Bruno PARENT, fossoyeur de la DGFiP en titre, nul besoin de recueillir l’avis des O.S sur le sujet : il fait dés aujourd’hui la Une d’Ulysse et annonce, en deux pages, aux agents comment il entend briser nos droits et garanties (dans notre intérêt, bien sûr !!!).

- Suppressions des affectations à la RAN et/ou sur Missions/Structures : tout le monde ALD département, et charge au "dialogue social local" d’appliquer la règle de l’ancienneté ... sauf bien sûr si la direction locale estime devoir faire autrement "dans l’intérêt des services". La porte ouverte à n’importe quelle dérive, comme celles que nous avons vécues lors des CAP Locale d’affectation, en juillet dernier, où, pour exemple, un agent s’est vu refuser sa mutation sur un emploi vacant dans un service au simple motif que si on lui donnait satisfaction, il faudrait déplacer un agent ALD qui donnait entière satisfaction ...

- Délais de séjours de 2 ans pour tout le monde, pour les mutations nationales comme locales.

- Vous en voulez encore : assignés à résidence trois ans en cas d’entrée à la DGFiP ou de promotion (concours ou L.A). Sur ce dernier point, rappelons que la DG entend sortir les promus des mouvements généraux de mutations pour ne leur laisser accès qu’à un nombre de vœux limités et choisis par elle-même pour pourvoir des Directions jugées prioritaires ou très déficitaires. Pour les agents de l’Aisne, c’est très exactement zéro chance de retour dans le département et affectation ailleurs - potentiellement très loin - pendant 3 ans !!!

- et pour enfoncer le clou, priorité aux agents déjà dans le département pour les mutations internes. Quand on sait qu’actuellement, des mutations nationales dans le département sont refusées à des cadres C ayant de l’ancienneté alors que des postes sont vacants, au motif qu’il faut pourvoir des directions plus déficitaires, mais que ces postes sont au final pourvus quelques mois plus tard par des C stagiaires lors des recrutements complémentaires parce que la DG avait "mal fait les comptes", Tant mieux pour eux, mais quand même .... ça en dit long sur les possibilités de revenir dans le département sur une affectation choisie, si l’on a été contraint - notamment suite à promotion - ou si l’on a souhaité partir momentanément ...

La raison de tout cela est très claire

Nos règles de gestions ne font pas bon ménage avec les suppressions d’emplois massives : en attendant la mise en œuvre de la loi de mobilité, il faut trouver des "solutions" pour disposer du personnel comme on le souhaite à l’instant "T".

Car bien évidemment, avec ces nouvelles règles, c’est la disparition des RAN et, entre autres, des garanties qui y sont attachées en cas de fermetures de postes ou de suppressions d’emplois !

Seule une mobilisation massive et exemplaire de l’ensemble des collègues de la DGFiP pourra faire barrage à ces projets totalement iniques.

Les militants de la CGT Finances Publiques 02 prendront à bras le corps ce sujet, pour informer les personnels et débattre avec eux des moyens de ripostes.

Article publié le 16 octobre 2017.


Politique de confidentialité. Site réalisé en interne et propulsé par SPIP.